Assurance décès invalidité : Une assurance
obligatoire

Les risques que couvre réellement l’assurance décès invalidité

Un prêt immobilier n’est jamais accordé par générosité, quel qu’en soit le contexte. Avant d’accepter le prêt, la banque doit d’abord s’assurer que l’emprunteur potentiel possède les ressources nécessaires pour rembourser ses mensualités. L’assurance prêt immobilier est une garantie complémentaire sans laquelle la banque ne peut octroyer le crédit. En effet, elle couvre cette dernière ainsi que son client contre une éventuelle défaillance de celui-ci. La souscription à une assurance décès invalidité est alors un passage obligé pour l’emprunteur, ce qui n’est pas le cas pour l’assurance chômage couvrant les risques de perte d’emploi. En effet, celui-ci n’est qu’une simple option de l’assurance prêt immobilier.

L’assurance décès invalidité sert à assurer la compagnie accordant le crédit en cas de décès de son client. Ce qui différencie l’assurance chômage de l’assurance décès invalidité est que cette dernière rembourse le reliquat du capital emprunté et non pas la totalité ou une partie des mensualités. En règle générale, le contrat d’assurance décès invalidité d’une assurance prêt immobilier prend aussi en charge l’éventuelle diminution des ressources de l’emprunteur à cause d’une « incapacité temporaire de travail » ou d’une « invalidité permanente et absolue »

Le profond changement dans le monde de l’assurance prêt immobilier apporté par la ministre de l’Economie Christine Lagarde depuis 2010 donne le droit à l’emprunteur de choisir sa garantie sans contrainte. Auparavant l’emprunteur était tenu d’accepter l’assurance collective (ou assurance de groupe) proposée par sa banque pour avoir droit au crédit tant attendu, mais il lui est dorénavant possible de conclure son assurance prêt immobilier avec un assureur libre.